Installer CyanogenMod sur le Wileyfox Swift (Crackling)

Ayant fait la récente acquisition du Wileyfox Swift, je vais expliquer dans ce billet comment installer CyanogenMod dessus (sans les Google Apps).

Avant toute chose, il faut savoir que cela peut :

  • Faire sauter la garantie du téléphone ;
  • Rendre le téléphone inutilisable ;
  • Provoquer une guerre thermonucléaire ;
  • Faire de vous un terroriste ;
  • Tuer des chatons.

Et que je ne peux être tenu responsable de ce qu’il se passera.

Avant de commencer, je vous recommande fortement de :

  • Sauvegarder les données sur le téléphone si vous en aviez ;
  • Retirer votre carte SIM ;
  • Prévenir votre petite amie/petit copain que vous ne serez peut-être plus joignable pour les quelques heures qui arrivent.

Mise à jour importante au 26 décembre 2016

Suite à l’arrêt de Cyanogen et CyanogenMod, vous pouvez trouver dans ce dossier les dernières versions pour le téléphone. Je vous recommande fortement d’utiliser la dernière version, soit la 13.0 SNAPSHOT 20161220 (adaptez les liens avec le reste du billet).

Différence entre CyanogenOS et CyanogenMod

Le téléphone est vendu avec « Cyanogen » alors pourquoi y installer CyanogenMod ?

Cyanogen ou CyanogenOS est une version de CyanogenMod modifiée par l’entreprise Cyanogen (qui développe CyanogenMod) et qui inclut, de base, des applications non-libres.

Typiquement, on trouvera, dans la version Cyanogen OS, les applications Google, l’impossibilité d’obtenir les droits root, et il me semble depuis peu, l’inclusion de Cortana (le Siri de Microsoft).

Comme je l’ai dit dans un billet précédent, je ne souhaite pas utiliser un smartphone qui soit relié à un compte Google ni qui possède des applications Google installées par défaut.

Première étape : préparation

Ce billet a été testé sous Linux, les opérations à effectuer fonctionnent très probablement avec Windows et Mac. À vous d’adapter.

Il faut une image recovery compatible avec CyanogenMod, les binaires adb et fastboot ainsi que le fichier d’installation de CyanogenMod.

Il est possible de télécharger le recovery et la ROM depuis le site de CyanogenMod, cependant il n’y a que des versions nightly pour la version 13 (Android 6, Marshmallow). Des quelques tests que j’ai effectués avec la version 13 de CyanogenMod, je n’ai pas été convaincu (quelques bugs) et j’ai donc choisi de rester sur la version 12, basée sur Android 5 (Lollipop) qui fonctionne parfaitement bien (aussi, il s’agit de la même version que celle de CyanogenOS). Les fichiers n’étant plus disponibles sur le site de CyanogenMod, vous pouvez télécharger le recovery ici et l’image là.

Enfin, il faut les binaires adb et fastboot. Ceux-ci s’obtiennent en téléchargeant le SDK de Google, puis en lançant la commande tools/android update sdk --no-ui. Néanmoins, cette action va télécharger plusieurs gigaoctets de données pour deux fichiers qui nous intéressent qui font dans les 3 Mo, donc si vous avez confiance je vous conseille de les télécharger ici (Linux uniquement).

Vous devez donc avoir maintenant 4 fichiers :

  • adb, il s’agit d’un binaire qui permet de communiquer avec le téléphone ;
  • fastboot, il s’agit là aussi d’un binaire pour communiquer avec le téléphone (avec l’équivalent du BIOS du téléphone) ;
  • un .zip (ex: cm-12.1-20160120-NIGHTLY-crackling.zip), il s’agit du système d’exploitation que l’on va installer sur le téléphone, la ROM ;
  • un .img (ex: cm-12.1-20160116-NIGHTLY-crackling-recovery.img), il s’agit du système de récupération qui permet, entre autres, d’installer la ROM.

Enfin, il faut copier le .zip sur une carte SD qui sera insérée dans le téléphone.

Il est à noter que vous pouvez à tout moment revenir sur la version CyanogenOS en réinstallant le .zip fourni ici : https://cyngn.com/support.

Démarrer le téléphone sur CyanogenOS − Activer le débogage Android

Afin de pouvoir installer autre chose sur le téléphone, on doit d’abord démarrer sur la version actuelle pour y modifier un réglage.

Il n’est donc pas utile de connecter le téléphone à un réseau Wifi ou de le connecter à un quelconque compte. De même, vous pouvez ignorer les questions sur la localisation et l’heure, de toute façon, ces réglages ne seront pas conservés après la réinstallation.

Une fois le téléphone allumé, allez dans le menu Paramètres, puis sur « À propos du téléphone ».
Tapez 8 fois sur la ligne numéro de build, jusqu’à voir « Vous avez activé les paramètres de développement ».
Revenez dans le menu précédent, puis choissez « Options pour les développeurs ».
Enfin activez l’option « Déverrouillage OEM » ainsi que « Débogage Android ».
Branchez le téléphone à l’ordinateur, le téléphone doit vous demander si vous autorisez la connexion, validez.

Redémarrage sur le bootloader

Depuis l’ordinateur, il suffit de lancer la commande suivante :

adb reboot bootloader

Si vous n’avez rien oublié précédemment, le téléphone doit redémarrer et vous afficher un message « fastboot » à l’écran.

Déverouillage OEM

Cette opération permet d’installer d’autres versions d’Android que celles du constructeur.

Il faut effectuer les commandes suivantes :

fastboot oem unlock
fastboot oem unlock-go

Il est possible que le téléphone redémarre à ce stade, l’intégralité des données sur le téléphone ont été effacées. Si le téléphone redémarre, refaites les manipulations précédentes pour revenir sur le menu fastboot.

Flasher et booter sur le recovery

Le recovery est un mini-système Android qui ne permet que de manipuler le smartphone.

Comme nous sommes dans le menu fastboot, on utilisera donc la commande fastboot pour envoyer l’image au téléphone :

fastboot flash recovery cm-12.1-20160116-NIGHTLY-crackling-recovery.img

Deux lignes OK doivent apparaître, si ce n’est pas le cas, une des étapes précédentes a été ratée.

Enfin, on va démarrer le téléphone sur ce fameux recovery.

fastboot boot cm-12.1-20160116-NIGHTLY-crackling-recovery.img

Factory reset et installation

Courage, nous y sommes presque :)

Vous voilà maintenant sur le recovery de CyanogenMod.

La première étape consiste à effectuer une remise à zéro du téléphone en utilisant le menu Factory Reset/Wipe data.

Une fois cette étape effectuée, il faut sélectionner Apply update from zip, choisir la carte SD (sdcard1) et le .zip qui y a été mis à l’étape de préparation.

Si tout s’est bien passé (s’il n’y a pas de message d’erreur en rouge), vous venez d’installer CyanogenMod sur votre téléphone.

Il ne vous reste plus qu’à redémarrer pour profiter pleinement du téléphone.

Pour aller plus loin

Je vous recommande fortement d’utiliser le market F-Droid.org pour trouver des applications libres pour le téléphone.

Il faut donc activer les sources inconnues : dans les paramètres Android, allez sur sécurité, et activez les sources inconnues.

Vous pouvez aussi utiliser d’autres markets, comme Aptoid pour trouver des applications non-libres sans vous connecter à un compte Google.

Revenir sur CyanogenOS

Si vous souhaitez revenir sur CyanogenOS, il faut télécharger le fichier cm-12.1-YOG7DAS2FI-crackling-signed-fastboot-07863145a7.zip sur le site de Cyanogen.
Ensuite, redémarrez le téléphone en mode fastboot puis effectuez la commande suivante :

fastboot update cm-12.1-YOG7DAS2FI-crackling-signed-fastboot-07863145a7.zip

Mise à jour du 25 mars 2016

La version 13.0 de CyanogenMod est disponible en « snapshot », c’est-à-dire une version nightly considérée comme stable par les développeurs. 
Cette version semble fonctionner correctement sur le téléphone.
Une remarque, par contre, la mise à jour de CyanogenMod 12.1 vers 13.0 implique d’effacer les données utilisateurs (sms, contacts locaux, applications installées, etc.). Les cartes de stockage interne et externe ne sont pas impactées.
 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.aplu.fr/v2/trackback/80

Haut de page